Le cancer en Afrique

L'équipe médicale d'OncoMali a publié l'article suivant dans le Bulletin du CancerVolume 97 N° 8 août 2010

http://www.john-libbey-eurotext.fr/fr/revues/medecine/bdc/e-docs/00/04/5C/57/resume.phtml

 

Le cancer en Afrique, un nouveau défi sanitaire. Exemples du Mali et de l’association OncoMali

Cancer in Africa, a new health challenge. Examples of Mali and OncoMali

 

M. Ly1,2, A. Ly3, M. Rodrigues2,4, Y. Loriot2,4, M. Deberne2,5, P. Boudou-Rouquette2,4T. Bathily1,2, D. Diallo1,2

1Centre hospitalo-universitaire, Service d’oncohématologie, BPE 2193, Bamako, Mali

2Association OncoMali, 149, avenue du Maine, 75014 Paris, France

3Association Afrocancer, BP 60751, 75827 Paris cedex 17, France

4Association pour l’enseignement et la recherche en oncologie (Aerio), 149, avenue du Maine, 75014 Paris, France

5Société française des jeunes oncologues radiothérapeutes (SFJRO), 45, rue des Saints-Pères, 75006 Paris, France

 

 

Résumé :

La cancérologie est perçue comme un problème de santé secondaire dans les pays émergents. Pourtant, l’incidence annuelle des cancers y est en pleine croissance (environ 100 à 120/100 000 actuellement en Afrique subsaharienne). Cela peut s’expliquer par l’incidence élevée des pathologies infectieuses à risque oncogène (hépatites, VIH, Helicobacter, etc.) mais aussi par des politiques nationales et internationales de prévention encore trop réduites. Si cette tendance épidémiologique se poursuit, l’Afrique comptera en 2020 près d’un million de nouveaux cas de cancers chaque année. Si l’incidence augmente, la morbimortalité y est également importante. Cette constatation dépasse la simple conséquence d’un défaut de moyens. Le paysage socioculturel et les représentations de la maladie font également partie intégrante des causes de ce constat. Nous évoquerons dans cette tribune la situation de l’Afrique en citant l’exemple du Mali. Nous conclurons sur les apports qui peuvent être faits à l’échelle individuelle au travers de l’exemple de l’association « OncoMali ».

 

 

Abstract :

Oncology is perceived as a secondary problem of public health in emerging countries. Nevertheless the annual incidence of cancers

is rapidly expanding (approximately 100 to 120/100 000 subsaharan Africa). It can explain by the high incidence of the infectious pathologies associated with a high oncogene risk (hepatitis, HIV, Helicobacter ...) but also by national and international

prevention policies still toomuch reduced. If this epidemiological tendency continues, Africa will count in 2020 near a million new cases of cancers every year. The incidence increases but the morbimortality is also very high in these countries. This observation exceeds the simple consequence of a defect of means. The sociocultural landscape and the mental representations of this disease are also in cause. We shall evoke in this article the situation of Africa by quoting the example of Mali. We shall conclude on the individual contributions which can

be made through the example of the association “OncoMali”.